Arkema et Lalou Roucayrol affûtés au départ de The Transat Bakerly27/04/2016

newsletter
  • Facebook
  • Twitter

Après un prologue nocturne entre St Malo et les côtes britanniques, le Multi 50 Arkema de Lalou Roucayrol est amarré depuis dimanche matin dans le port de Plymouth en Angleterre. Dans 6 jours, le skipper aquitain et son multicoque s’élanceront sur la plus mythique des courses au large en solitaire : The Transat bakerly entre Plymouth et New York.

Cette épreuve historique, qui a donné à Lalou son envie de faire de la voile son métier, est aussi la plus redoutée. Partir à l’assaut de la traversée de l’Atlantique Nord en solitaire requiert un niveau de préparation optimum, pour le bateau comme pour le skipper. 

 

Photo - Arkema et Lalou Roucayrol affûtés au départ de The Transat Bakerly

Contraint à l’abandon pour avoir chaviré en 2000, pénalisé par une voile déchirée alors qu’il faisait course en tête en 2004, Lalou Roucayrol se réjouit de retrouver cette incroyable transatlantique en solitaire. « J’aime ce parcours et c’est un vrai plaisir d’y retourner ! Mon objectif est clairement d’arriver devant et je sais que j’en ai les capacités. Le travail en chantier cet hiver a payé, j’ai vraiment un bon feeling. »

 

Un skipper affuté

Préparation sportive intense, navigations en solitaire et en équipage, entraînements en flotte à Quiberon… le skipper aquitain s’est préparé et est au top de sa forme pour cette transatlantique en solitaire : « The Transat est le premier objectif sportif de la saison, mais aussi le plus difficile ». Il faut s’imaginer, seul sur ces trimarans, sur une des traversées les plus exigeantes en termes de parcours et de conditions rencontrées. Au fur et à mesure des jours, les organismes souffrent du froid, de la fatigue, de l’humidité, mais il ne faut jamais relâcher la vigilance et être physiquement apte aux manœuvres sur le pont. « Dans ma préparation sportive, je fais de la course à pieds, du travail en salle et je pratique aussi du VTT cross ; cela me permet de travailler les muscles profonds bien sûr, mais aussi mes facultés visuelles. Il faut regarder au loin pour la trajectoire mais aussi la roue pour éviter le moindre trou dans la route… c’est un peu le même exercice qu’en voile. »

 

Un bateau optimisé

Depuis trois ans, le trimaran Multi 50 Arkema a régulièrement subi des modifications, avec la performance comme unique objectif. Pour cette saison 2016, un important travail a été réalisé sur le gain de poids, comme l’explique Etienne Carra (gréeur et membre naviguant) : « Tous les petits défauts identifiés ont été corrigés. Nous avons renforcé la coque centrale et les flotteurs et nous avons optimisé le poids à bord : sur les batteries, les câbles et les voiles. » Un important travail avait en effet été initié en 2015 sur les voiles du trimaran. En étroite collaboration avec César Dohy, son co-skipper sur la Transat Jacques Vabre et maitre voilier chez Incidence Sails, Lalou a participé au développement d’un nouveau jeu de voiles en DFi : « On avait commencé à développer de nouvelles voiles avant le départ de la Transat Jacques Vabre, mais n’étions pas en droit de les embarquer pour des problèmes de jauge. Ces voiles sont en filament, d’où leur apparence un peu grise. Elles sont radicalement différentes car elles sont réalisées uniquement avec de la fibre et de la résine, sans film apposé. Il y a un gain de poids important, de l’ordre de 40 kilos environ pour Arkema, et un gain de raideur significatif. Cela rend le bateau encore plus rapide ! »

 

Une équipe renforcée

Cette saison 2016 voit également l’arrivée d’une nouvelle recrue au sein du Team Arkema – Lalou Multi : Karine Fauconnier, navigatrice en solitaire et dont le père Yvon a remporté l’édition 1984 de The Transat… « Nous nous connaissons bien avec Lalou, notamment du temps des trimarans ORMA, et je suis ravie d’intégrer son équipe pour la saison 2016. Je serais en charge de la navigation sur la Transat Quebec – St Malo, et je vais également travailler étroitement avec Eric Mas pour le routage de Lalou sur The Transat bakerly. Le bateau est une belle machine, Lalou est en forme et mon rôle est de l’envoyer au bon endroit ! »

Source : Maire-Astrid Parendeau

Toutes les actualités

Arkema remporte la Drheam Cup19/08/2016

Parti hier à 10h de La Trinité-sur-Mer, le Multi50 Arkema a été le plus rapide à parcourir les 350 milles du parcours, en franchissant la ligne d’arrivée...

En savoir plus

Les Multi50 animent la Transat Québec Saint-Malo18/07/2016

Quelle course passionnante en Multi50 ! Les trois leaders de la Transat Québec Saint-Malo, emmenés par un Arkema à l’équipage survitaminé, ne se lâchent pas d’un flotteur...

En savoir plus

Quatre Multi50 engagés sur la Transat Québec Saint-Malo. 16/07/2016

Transat Québec Saint-Malo. On peut s'attendre à une beau match entre Arkema, La French Tech Rennes Saint-Malo et Ciela Village qui, s'ils sont de conception et d'âges différents,...

En savoir plus

Gilles Lamiré vainqueur de The Transat bakerly19/05/2016

La French tech Rennes Saint-Malo remporte The Transat bakerly. Gilles Lamiré signe sa première grande victoire en solitaire, dans une course difficile, contre vents et courants. ...

En savoir plus

Arkema et Lalou Roucayrol affûtés au départ de The Transat Bakerly27/04/2016

Après un prologue nocturne entre St Malo et les côtes britanniques, le Multi 50 Arkema de Lalou Roucayrol est amarré depuis dimanche matin dans le port de Plymouth en Angleterre....

En savoir plus

Pierre Antoine - Je suis fasciné par cette transat depuis 197618/04/2016

Pierre Antoine sera lui aussi au départ de The Transat le 2 mai à Plymouth. Une évidence pour ce chercheur géologue de 52 ans, qui avait promis depuis plusieurs années déjà d’être...

En savoir plus