The Transat

date: du 2 mai au 15 mai 2016

lieu: Plymouth - New-York

La légendaire Transat anglaise, en solitaire, revient sur la grande scène de la course au large. Après un prologue entre Saint-Malo et Plymouth, en équipage, les solitaires s'élanceront de Plymouth le 2 mai, cap vers la statue de la liberté.

ORGANISATION

OC Sports
http://www.thetransat.com/fr/the-race

Télécharger l’avis de course

LES PARTICIPANTS

1.La French Tech Rennes Saint-malo - GILLES LAMIRE

2.ARKEMA - Lalou ROUCAYROL

3.FenêtréA - Mix Buffet - Erwan LE ROUX

4.OLMIX - PIERRE ANTOINE

LE PALMARES

Actualités liées

Gilles Lamiré vainqueur de The Transat bakerly

La French tech Rennes Saint-Malo remporte The Transat bakerly. Gilles Lamiré signe sa première grande victoire en solitaire, dans une course difficile, contre vents et courants.

Lalou Roucayrol (Arkema) prend la deuxième place du classement en parvenant à rallier New-York alors qu'il était privé de dérive depuis 6 jous !

Pierre Antoine (Olmix) qui avait choisi l'ambitieuse route nord, complète le podium après avoir lui aussi connu des avaries dans des conditions très sportives.

Enfin, Erik Nigon (Vers un monde sans Sida), qui avait choisi le sud, franchit la ligne d'arrivée une poignée d'heures après Pierre.

Erwan Le Roux (FenêtréA-Cardinal), victime d'une avarie de flotteur à la sortie du Golfe de Gascogne, avait du jeter l'éponge.

 

Gilles Lamiré : « C’est incroyable ! Avoir gagné cette course… Depuis le temps que je cours ! Je rêvais de remporter une belle épreuve océanique en solitaire. En 2006, j’avais racheté le trimaran de Jean Maurel, l’ex-Elf Aquitaine et je n’étais pas du tout au point : je n’avais aucune chance de gagner. Puis j’ai acquis l’ancien Multi50 de Lionel Lemonchois et petit à petit, j’ai progressé, j’ai pris la mesure du challenge. Et aujourd’hui, c’est fait ! Je suis très ému, très content. Je savais que j’avais mes chances, mais là, il faut que je réalise"

See more at: http://www.thetransat.com/fr/news/view/le-bonheur-de-lamire

Lalou Roucayrol : "Cette arrivée est comme une délivrance ! »

See more at : http://www.thetransat.com/fr/news/view/les-mots-de-lalou

photo Lloyd images
 

En savoir plus

Arkema et Lalou Roucayrol affûtés au départ de The Transat Bakerly

Après un prologue nocturne entre St Malo et les côtes britanniques, le Multi 50 Arkema de Lalou Roucayrol est amarré depuis dimanche matin dans le port de Plymouth en Angleterre. Dans 6 jours, le skipper aquitain et son multicoque s’élanceront sur la plus mythique des courses au large en solitaire : The Transat bakerly entre Plymouth et New York.

Cette épreuve historique, qui a donné à Lalou son envie de faire de la voile son métier, est aussi la plus redoutée. Partir à l’assaut de la traversée de l’Atlantique Nord en solitaire requiert un niveau de préparation optimum, pour le bateau comme pour le skipper. 

 

En savoir plus

Pierre Antoine - Je suis fasciné par cette transat depuis 1976

Pierre Antoine sera lui aussi au départ de The Transat le 2 mai à Plymouth. Une évidence pour ce chercheur géologue de 52 ans, qui avait promis depuis plusieurs années déjà d’être au départ de la prochaine transat anglaise. Pour le suivre, c'est par ici, ou par là.

 

En savoir plus

Erik Nigon - Une arrivée à New-York a eu raison de mes doutes

Si la transat anglaise est un fantasme pour grand nombre de coureurs, « ce n’est vraiment pas une course à faire rêver un amateur », explique Erik Nigon (Vers un monde sans SIDA), l’un des deux amateurs engagés en Multi50. L’Atlantique Nord en milieu hostile, non, ça ne fait pas rêver un informaticien qui a soif de belles aventures, surtout quand il s’agit d’y consacrer toutes ses vacances. Et pourtant, Erik sera bien au départ à Plymouth…

 

En savoir plus

The Transat Bakerly - Cinq solitaires en quête de Liberté

Cinq Multi50 prendront le départ de la transat anglaise, The Transat Bakerly, le 2 mai prochain à Plymouth. Ce mythe de la course au large deviendra réalité dans quelques jours pour Erik NIGON (Vers un Monde sans SIDA), Lalou ROUCAYROL (Arkema), Pierre ANTOINE (Olmix), Erwan LE ROUX (FenêtréA-Cardinal), Gilles LAMIRE (La French Tech Rennes Saint-Malo).

Au royaume des transats, l’anglaise est hors norme. Tandis que toutes les autres promettent des jours meilleurs aux marins qui se jettent sur la ligne de départ, celle-ci leur garde le pain noir pour plus tard. Pas d’alizés, pas de cocotiers en ligne de mire. Non, seulement des dépressions, des grains, des vents contraires, du froid et ce, jusqu’à New-York. C’est en cela qu’elle est réputée comme la plus difficile des transats. L’Atlantique par la face nord, c’est une épreuve, un combat qui a couronné les plus grands noms de la course au large.

Les cinq skippers de la classe Multi50 engagés dans The Transat Bakerly ne se font guère d’illusion et ont donc particulièrement soigné leur préparation, qu’ils soient pros ou amateurs. Inspection générale pour tous les bateaux, quelques réparations pour ceux qui avaient souffert lors de la dernière Transat Jacques Vabres, voiles neuves pour la majorité d’entre eux. Quant aux marins, qui partent en solitaire, place à la concentration après des entrainements souvent intensifs cet hiver. Au titre des ambitions communes, Lady Liberty en est une. Et si tous vont jouer la gagne, certains rêvent d'un podium quand d'autres s'imaginent en vainqueurs.

La classe Multi50 passe en revue ses cinq skippers solitaires et leurs motivations. Demain jeudi, Erik Nigon (Vers un Monde sans SIDA) expliquera pourquoi il est au départ, alors même que l’Atlantique par la face nord, ça ne le faisait pas complètement rêver…
 

En savoir plus

ROUTE DU RHUM

> En savoir plus

Lalou Roucayrol premier vainqueur du Grand Prix Valdys

​Quel suspense ! Il aura fallu attendre le tout dernier moment avant la remise des prix du Grand Prix Valdys – Multi50 pour connaître le nom du grand vainqueur de l’épreuve. De fait, même à leur retour de mer, les équipages étaient incertains concernant l’issue de la compétition. Et pour cause, cette dernière journée de course s’annonçait décisive pour les quatre premières places...

> En savoir plus