Lalou Roucayrol et Cesar Dohy, 3èmes à Itajai16/11/2015

newsletter
  • Facebook
  • Twitter

Le Multi50 Arkema, skippé par Lalou Roucayrol et César Dohy, a franchi la ligne d’arrivée devant Itajaí ce dimanche 15 novembre 2015 peu après midi. Parti du Havre le 25 octobre dernier, le trimaran rouge et blanc a réussi à déjouer les nombreux pièges de ce parcours théorique de 5 400 milles nautiques. La route jusqu’à Itajaí fut en effet semé d’embûches : dépressions, zones de vents faibles, pot-au-noir capricieux et une avarie technique nécessitant un arrêt de 24 heures auront été au menu de cette édition 2015 pour le duo d’Arkema. Mais Lalou et César ont fait preuve d’une incroyable ténacité et de beaucoup de persévérance pour atteindre aujourd’hui le port brésilien.  

Photo - Lalou Roucayrol et Cesar Dohy, 3èmes à Itajai

Après 20 jours de mer, 11 700 kilomètres réellement parcourus, 3 dépressions traversées et un pit-stop de 24 heures, les deux hommes nous font leurs récits de cette Transat corsée !

Lalou Roucayrol : 

« C’est loin Itajaí ! D’autant que dans des conditions comme cela, le parcours est d’autant plus compliqué ! L’état de la mer était vraiment difficile jusque Madère et une fois le pot au noir passé, ça devient une course de vitesse sans beaucoup d’option stratégique à prendre et donc moins intéressant techniquement. En tous cas c’était une bonne transat, que j’ai aimé partager avec César. Notre binôme a fonctionné à merveille et c’est un excellent équipier. C’est un vrai bonheur de naviguer avec lui. On a vraiment été à l’efficacité, le tout dans la convivialité. Mon seul regret sportif est notre mauvaise anticipation de l'accalmie à la fin de la 1e semaine de course, mais le moment le plus difficile aura été celui de l’avarie, car nous aurions pu recoller un peu sur la tête de la course. Notre satisfaction est d’avoir 3 bateaux de la flotte des Multi50 à Itajaí, ce qui signifie que notre flotte devient homogène et que nos machines sont robustes. Pendant la Transat, nous avons échangé avec les autres skippers Mulit50, notamment lors de nos avaries, et un vraie solidarité existe au sein de cette classe. Cela fait plaisir en ces temps actuels. »

César Dohy : 

« On est content d’être arrivés et de ramener le bateau ! On a fait une petite erreur sportivement sur cette Transat mais on est tout de même très satisfait de notre prestation. Le début était vraiment rude, ça s’est bien passé pour nous même si c’est un peu frustrant de naviguer dans ces conditions. On est physiquement marqués par cette Transat mais heureux d’être à l’arrivée. En plus, avec Lalou, ça s’est vraiment humainement bien passé. Si on doit repartir demain, je signe de suite ! »

Toutes les actualités

Réauté Chocolat s'impose sur l'Armen Race Uship09/06/2017

Voilà une entrée remarquée dans la classe Multi50, ces trimarans de 15 mètres désormais équipés de foils et aux vitesses parfois extravagantes. Pour ses trois premières compétitions,...

En savoir plus

FenetreA Mix Buffet remporte le Grand Prix Guyader09/06/2017

Le rideau est tombé, ce dimanche après-midi, sur le Grand Prix Guyader des Multi50. Lors de cette dernière journée de compétition, FenêtréA – Mix Buffet et les autres bateaux...

En savoir plus

Thibaut Vauchel Camus en Multi50 avec un nouveau bateau06/03/2017

Le skipper Thibaut Vauchel-Camus franchit un nouveau pas dans sa carrière en lançant, grâce à des partenaires investisseurs motivés, la construction d’un trimaran de la classe...

En savoir plus

Armel Tripon embarque avec Réauté Chocolat06/03/2017

​Le skipper nantais Armel Tripon et la PME mayennaise Réauté Chocolat embarquent dans le même bateau pour vivre l’expérience du multicoque, dans la catégorie Multi50. Ce partenariat...

En savoir plus

Un nouveau Multi50 pour Thierry Bouchard et Ciela Village14/02/2017

Le Méditerranéen Thierry Bouchard confirme son enthousiasme pour le multicoque de 50 pieds et lance la construction d’un Multi50 qui sera ainsi le premier conçu pour porter des...

En savoir plus

Une nouvelle vie pour la classe Multi5002/12/2016

La classe Multi50 change. Elle devient plus attractive et sa jauge autorise désormais les foils. Après une année de remise en question nécessaire, la classe dispose aujourd’hui...

En savoir plus