L'analyse du parcours par Yves Le Blévec 04/10/2013

newsletter
  • Facebook
  • Twitter

Cette année, la Transat Jacques Vabre fête ses vingt ans en proposant un parcours inédit. La course revient au Brésil, mais met le cap au sud en visant Itajai, à quelques centaines de kilomètres au nord de la frontière avec l’Uruguay. Ce sera la plus longue des transatlantiques jamais courues, avec environ 1000 milles de plus à parcourir que lors des précédentes éditions. Yves Le Blévec fait l'analyse du parcours. (source Kaori)

Photo - L'analyse du parcours par Yves Le Blévec

(photo Sea & Co)
Du Havre à la sortie de la Manche : « La sortie de Manche est toujours difficile. D’une part, parce que ce n’est jamais totalement évident de passer d’un monde à l’autre : au Havre, on répond aux sollicitations des médias, à la ferveur d’un public passionné. Le bassin Paul Vatine est un superbe endroit où on se sent bien. En quelques heures, on se retrouve seuls à bord et il faut tout de suite se mettre dans le rythme. Ces vingt-quatre premières heures peuvent être complexes entre courants, gestion du trafic des cargos et parfois le mauvais temps qui peut nous cueillir dès la longitude d’Ouessant. »

Du golfe de Gascogne aux alizés : « Parfois cela peut aller très vite. Mais statistiquement, on risque plutôt de rencontrer des régimes de vents d’ouest dominants et bien souvent les mers qui y sont associées. En 2011, on avait dû subir du mauvais temps jusque dans le sud des Açores. Avec le parcours de cette année, on devrait tenter de descendre plus rapidement vers le sud. Il reste que le golfe de Gascogne peut être particulièrement délicat à négocier avec notamment le franchissement du cap Finisterre. L’objectif sera de tenter de récupérer au plus vite les alizés de l’hémisphère nord. Les régimes de nord à nord-est pourraient être sensibles dès la latitude de Gibraltar. »

Le franchissement du Pot au noir : « On sait que le Pot au noir est en général plus facile à franchir aux abords du 25°W. Tout le jeu va donc consister à gagner dans le sud-ouest pour être bien placé au passage de cette zone de vents faibles et très variables. Ensuite, tout est question de compromis. Trop à l’ouest, on doit ensuite gagner dans les alizés de sud-est de l’hémisphère sud et on peine à faire du près. Trop à l’est, et on risque de rester englué dans les calmes du Pot au noir. Il y a dans le passage, une part de stratégie et une part de chance aussi. »

La descente sur Itajaí : « Jusqu’à la hauteur de Rio de Janeiro, c’est avant tout une course de vitesse si les alizés sont bien établis. En revanche, la fin de parcours risque d’être particulièrement compliquée. On sort du régime des alizés et des petites dépressions venues de l’Uruguay peuvent bouleverser la donne. De plus, ce n’est pas une région que l’on a beaucoup l’habitude de fréquenter. »

Le parcours en général : « Personnellement, c’est un parcours qui me plait bien avec beaucoup de zones de transitions dans lesquelles il devrait y avoir du jeu. Et, tout au moins, jusqu’à la hauteur de Salvador de Bahia, c’est un parcours qui jusque là m’a plutôt réussi entre la Mini-Transat que j’ai remportée et les records autour du monde. Il reste juste l’incertitude autour de la fin du parcours, mais dans l’ensemble, c’est plutôt attirant. »

Toutes les actualités

Les six équipages régatent aujourd'hui au Havre26/10/2013

Les six équipages sont arrivés à bon port et sont solidement amarrés aux pontons du Bassin Paul Vatine au Havre. Solidement, on l'espère car le coup de vent qui devrait balayer...

En savoir plus

L'analyse du plateau, par Erik et Samy 14/10/2013

Après l'analyse du parcours par Yves Le Blévec, voici l'analyse du plateau Multi50 par Erik et Samy (Nigon et Villeneuve). Après s'être interrogés, en vain, sur l'opportunité...

En savoir plus

L'analyse du parcours par Yves Le Blévec 04/10/2013

Cette année, la Transat Jacques Vabre fête ses vingt ans en proposant un parcours inédit. La course revient au Brésil, mais met le cap au sud en visant Itajai, à quelques centaines...

En savoir plus

Lalou et Arkema Région Aquitaine bien reçus au Grand Pavois 01/10/2013

Le départ de la Transat Jacques Vabre approche. Lalou Roucayrol et Mayeul Riffet finalisent leur préparation technique, physique et logistique. Pour la première transatlantique du...

En savoir plus

Carnet de (bientôt à) bord de "Vers un monde sans Sida"18/09/2013

Il est bientôt temps de se préparer à attaquer la saison grise avec le sel, les embruns, l’humidité et le froid mais aussi et surtout avec la douce crispation abdominale qu’apporte...

En savoir plus

Trophée du Port de Fécamp - Du pur plaisir ... 08/09/2013

Le cinquième Trophée du Port de Fécamp s’achève sur une magistrale victoire de FenêtréA-Cardinal, mené par l’équipage talentueux d’Erwan le Roux. Véritablement intouchable,...

En savoir plus