Olmix foudroyé, les skippers de Gamin sous le choc05/11/2014

newsletter
  • Facebook
  • Twitter

Il est des bateaux qui méritent qu’on leur tire le portrait, tant ils ont marqué leurs propriétaires. Les Anglais disent « she » en parlant de leur bateau. Olmix/Gamin fait partie de ces bateaux copains, partenaires, alliés, souvent compagnons de victoire, bref, immortels…C’est aussi pour cela que Pierre Antoine est incrédule et que ses prédécesseurs le sont aussi ce soir. Pour services rendus, on lui devait bien un hommage, au Gamin, emblématique de la classe Multi50.

Photo - Olmix foudroyé, les skippers de Gamin sous le choc

Il nait en 1991 sous le crayon de Jean-Pierre Browns et Patrick Gaudry. Basé à Nieeuport en Belgique, il y navigue quelques années tandis que son sister-ship part aux Antilles. Puis débute une incroyable histoire dès 1998.Franck-Yves Escoffier : « J’étais conseiller technique du téléfilm « Chasseurs d’écume ». On m’avait demandé de trouver un multicoque et de superviser les scènes de navigation. J’ai trouvé ce trimaran en bois en Belgique. Il s’appelait « Gamin », je l’ai convoyé jusqu’à Saint-Malo. On l’a un peu relooké pour les besoins du film et on a tourné à bord avec les acteurs. Le film s’achevait sur un départ de Route du Rhum mais il fallait que ce soit crédible. Alors on a opté pour un tournage le jour du vrai départ du Rhum. Je me suis dit, quitte à être sur la ligne, je pourrais bien y aller « pour de vrai ». On n’avait droit qu’à une prise ! Juste avant le départ, j’ai débarqué tous les acteurs et hop, je suis parti. C’est après le départ que j’ai appris à faire du multicoque ! »

Le Gamin remporte le Rhum en Multi Classe 2 sous le nom de Deleage et Diazo. En 2000, il court l’Ostar et revient par la Québec Saint-Malo. En 2002 Gamin est rebaptisé Crêpes Whaou ! et copieusement optimisé. Adieu eau chaude, four et frigo, vive les nouveaux appendices, le gréement neuf et les voiles dernière génération. Désormais, Franck-Yves sait comment marche un multicoque. 15 grands trimarans sur 18 ne passeront pas, cette année là. Le Gamin, lui, fait le gros dos, et passe ! Il veut sa Guadeloupe et il l’aura. En vainqueur encore une fois, en multi Classe 2.
2004, encore des Transats pour le Gamin baroudeur. Sur The Transat il casse sa dérive ; puis se rattrape dans la Québec Saint-Malo, qu’il remporte.
2006, Franck-Yves passe la barre à son fils Loïc pour le Rhum. Et Gamin remet le cap sur le Far West ! Loïc termine 4ème en Multi50. Au passage, le Gamin lui a transmis le virus.
2008, Pierre Antoine a flashé sur le bateau. Il le loue pour la Québec Saint-Malo, le baptise Imagine, pour l’Institut des Maladies génétiques. Il termine en deuxième position parmi les Multi50.
En 2009, Franck-Yves, toujours propriétaire, le confie à Pierre Hingant pour une saison de Trophée. Il porte alors le nom d’Inizmé. Puis il se résous à le vendre, à Philippe Laperche qui engage le Gamin dans son quatrième Rhum. Il porte le nom de « La Mer révèle nos sens ». Il escalade l’Atlantique par sa face nord, tandis que l'essentiel des copains choisit la route sud. Une arrivée poignante en Guadeloupe. L’homme et le bateau ne font qu’un. La séparation est difficile.

Lorsque Pierre Antoine le rachète en 2012, son choix n’est pas un hasard. Le Gamin est désormais fiché comme indestructible et son comportement dans le gros temps est extrêmement sain. Le rouge Gamin se métamorphose en bleu à la faveur d’un partenaire engagé, le groupe Olmix, spécialisé dans la valorisation des algues. Le Gamin ne parait ni son âge (il a dépassé l’adolescence…) et ni ses 15 transats. Pierre Antoine part serein sur la Route du Rhum, le 2 novembre dernier. Peut-il en être autrement avec un bateau qui n’a jamais trahi ? Il entend le directeur de course déclarer la veille du départ : 100% des vainqueurs ont fini la course… Il ne voit pas bien ce qui pourrait les empêcher d’aller au bout… Il aura fallu la foudre pour terrasser ce Gamin.
Enfin, pas tout à fait... L'équipe de Pierre Antoine, et son partenaire en tête, étudient la possibilité de récupérer ce trimaran légendaire dont la classe Multi50 ne saurait se passer.
Tandis que Pierre reprend ses esprits à La Corogne après un choc violent, ce sont les anciens skippers qui témoignent. Philippe Laperche, Franck-Yves Escoffier et Loïc Escoffier ont couru les quatre derniers Rhum à bord.

Philippe Laperche, Rhum 2010 : « Je suis rarement parti en course aussi serein. Plus qu’un bateau, Gamin était mon partenaire. J’ai pris trois fois 45 noeuds sur la route nord. Franck-Yves m’avait dit que jusqu’à 55 noeuds, il ne se passait rien avec ce bateau. On a partagé avec lui beaucoup de choses en famille aussi. J’ai fait une transat retour seul avec mes deux fils de 12 et 14 ans, sans appréhension »

Franck-Yves Escoffier, Rhum 1998 et 2002, parrain d’Olmix : « C’était un bateau de croisière d’un architecte inconnu, quand je l’ai acheté. A tel point que lorsque le constructeur a su que je partais sur le Rhum, il a déboulé à Saint-Malo pour me dire que j’étais fou de faire une course avec, qu’il ne voulait pas être responsable d’un drame ! Gamin n’a jamais connu le moindre problème de structure… En 2002, on l’a transformé et on en a fait une machine de guerre dans le gros temps. J’ai marché à 16 noeuds par 60 noeuds de vent avec ce bateau ! Il est exceptionnel ! Esthétique, évolutif dans le tout petit temps ».

Loïc Escoffier, Rhum 2006 : « Je l’ai connu avant et après la transformation de 2002. On en a fait des vacances en famille à bord… Dans le Rhum, je suis parti au tas deux ou trois fois. Et jamais un souci. Tu le barres avec deux doigts. Deux ris, trinquette et hop ! à la bannette ! Dans le tout petit temps il est surprenant. C’est le seul trimaran que je connaisse qui ne s’arrête pas en virant… »

Olmix/Gamin a couru quatre Route du Rhum et autant de transats retour, deux Ostar, trois Québec Saint-Malo, une Vendée Saint-Pétersbourg.
 

Toutes les actualités

Trophée des Multicoques Baie de Saint-Brieuc05/09/2017

La dernière journée du Trophée des Multicoques Baie de Saint-Brieuc a consacré l’équipage d’Erwan Le Roux (FenêtréA-Mix Buffet) dans des conditions de vent légères. Le...

En savoir plus

Réauté Chocolat s'impose sur l'Armen Race Uship09/06/2017

Voilà une entrée remarquée dans la classe Multi50, ces trimarans de 15 mètres désormais équipés de foils et aux vitesses parfois extravagantes. Pour ses trois premières compétitions,...

En savoir plus

FenetreA Mix Buffet remporte le Grand Prix Guyader09/06/2017

Le rideau est tombé, ce dimanche après-midi, sur le Grand Prix Guyader des Multi50. Lors de cette dernière journée de compétition, FenêtréA – Mix Buffet et les autres bateaux...

En savoir plus

Thibaut Vauchel Camus en Multi50 avec un nouveau bateau06/03/2017

Le skipper Thibaut Vauchel-Camus franchit un nouveau pas dans sa carrière en lançant, grâce à des partenaires investisseurs motivés, la construction d’un trimaran de la classe...

En savoir plus

Armel Tripon embarque avec Réauté Chocolat06/03/2017

​Le skipper nantais Armel Tripon et la PME mayennaise Réauté Chocolat embarquent dans le même bateau pour vivre l’expérience du multicoque, dans la catégorie Multi50. Ce partenariat...

En savoir plus

Un nouveau Multi50 pour Thierry Bouchard et Ciela Village14/02/2017

Le Méditerranéen Thierry Bouchard confirme son enthousiasme pour le multicoque de 50 pieds et lance la construction d’un Multi50 qui sera ainsi le premier conçu pour porter des...

En savoir plus